méthotrexate : plus d’infos pour mieux comprendre et gérer son traitement

Dans cette série d’article « Traitements dans les myosites », nous expliquons brièvement comment agissent les traitements habituels dans les myopathies inflammatoires. Nous listons  les principaux effets indésirables et des conseils pour les gérer, quand cela est possible.

 

  • Ce médicament des années 1950.  D’abord utilisé pour traiter la leucémie, ce n’est qu’en 1980 qu’il a été prescrit pour une maladie auto-immune,  l’arthrite rhumatoïde.  Toujours indispensable, il est un immunomodulateur à faible dose. Il est prescrit une fois par semaine par voie orale ou sous-cutanée.
  • Il est efficace et  souvent bien toléré. Le méthotrexate est un des traitements de première intention pour la plupart des myosites  (à l’exception des myosites à inclusions) et a fait la preuve de son efficacité au cours de plusieurs formes de myosites. Il permet la décroissance de la corticothérapie en diminuant le risque de rechute de la maladie. Il ne faut jamais l’arrêter sans avis médical.

 

Comment le Méthotrexate agit sur une myosite ?

 

Le méthotrexate est un promédicament car il devient actif une fois dans le corps en se  fixant sur l’acide glutamique pour former un complexe actif.

Il favorise un état anti-inflammatoire global en luttant contre certaines substances ou cellules impliquées dans le dérèglement des défenses immunitaires et l’inflammation chronique.

Le méthotrexate est couramment prescrit pour la polyarthrite rhumatoïde, une autre pathologie auto-immune,  où les mêmes effets sont recherchés.

 

promédicament :  le principe actif a besoin d’être transformé par les enzymes situées dans les cellules (du foie, essentiellement) pour avoir une action thérapeutique efficace.

Le méthotrexate devient actif une fois dans le corps en se  fixant sur l’acide glutamique pour former un complexe actif MTX-glu.

 

 

 

 

Complément d’acide folique (spéciafoldine) :

C’est la vitamine B9 qui permet d’éviter bon nombre des effets indésirables du méthotrexate, notamment sur le foie.  Il réduit nausées, empêche la baisse globules blancs et la montée des transaminases. L’acide folique doit être pris à distance du méthotrexate.

 

Biodisponibilité :

 

Il faut attendre 3 à 6 mois pour que le méthotrexate agisse. On augmente le dosage par dose de 5 mg.

La demi-vie d’élimination du médicament est de 4h, élimination totale du médicament en 20H dans le compartiment plasmatique.

C’est un avantage en cas de grossesse ou d’effets indésirables graves et avérés : l’arrêt peut être assez rapide.

Le taux d’équilibre de ce qu’on appelle les Polyglutamate méthotrexate est atteint en 6 mois  (parfois moins).

 

gestion et optimisation du traitement :

 

Votre médecin spécialiste peut opter pour les prescriptions suivantes :

  • 1ère étape pour améliorer l’efficacité

En une prise lorsque moins de 15 mg par semaine.  Au-delà de 15 mg par voie orale : 2 prises matin et soir. L’absorption intestinale limitée en quantité et variable suivant les individus d’où une division des prises pour une meilleure absorption.  Ces prises à 8 h et à 20h augmentent la disponibilité vue précédemment.

  • 2eme étape pour améliorer l’efficacité

Passage à la forme sous-cutanée avec les avantages suivants :

Biodisponibilité totale, meilleure observance (erreurs ou oublis), entraînement avant avec les stylos/pen ou seringue), dosage possible de 2mg en 2 ,5 mg donc facilité d’ajustement du traitement.

  • et pour donner toutes les chances à votre traitement :

Le jour de prise choisi qui doit toujours être le même, ainsi que la dose prescrite initialement.

 

 

Une application pour vous aider !

L’application Hiboot est une application à télécharger qui vous permettra de mieux gérer votre traitement.

 

 

Des examens pré-thérapeutiques peuvent être demandés : NFS, Tests hépatiques, fonction rénale, radiographie thoracique…

 

Effets secondaires et leur gestion

 

Selon enquête 72 % des personnes notent des effets incommodants :

– fatigue 77 %dans les 48H de la prise –  
39%perte de cheveux – – 34 % libido –  nausées 34% –  diarrhées 25% – aphtes buccaux 22%

 

  • pour éviter et/ou minimiser les effets indésirables :

– ne pas se tromper de jour,

– prendre l’acide folique (qui minimise les problèmes de foie),

– effectuer une surveillance biologique prescrite par votre médecin/spécialiste,

– prévenir votre médecin lors d’autres prescriptions pour éviter des interactions médicamenteuses.

Certains médicaments sont interdits en association avec le méthotrexate car ils peuvent augmenter sa concentration dans le sang et le rendre toxique. C’est par exemple le cas du Bactrim® un antibiotique.

  • à voir avec votre spécialiste: la fatigue ressentie avec le métho (dans le cas où elle ne viendrait pas d’autres possibles causes) peut être gérée en prenant : – le méthotrexate  le soir, et l’acide folique 48h avant le métho.

 

 

  • Les expositions solaires ne sont pas contre-indiquées mais vous pouvez prendre plus facilement des coups de soleil, surtout dans les 48h qui suivent la prise.

 

  • Certaines situations de la vie quotidienne peuvent nécessiter une adaptation du traitement : vaccinations, séjour à l’étranger, soins dentaires, intervention chirurgicale. Dans chacune de ces situations, la conduite à tenir devra être discutée avec votre médecin.

 

  • La grossesse est contre-indiquée. Mais vu la demi-vie du méthotrexate, la fécondation 24h après est possible. Un autre traitement peut alors prendre le relais.  Toute grossesse sous ce traitement engendre un arrêt et un  dépistage néonatal. Plus d’infos sur ce sujet avec https://bit.ly/3s6iH7J.

 

Les problèmes hépatiques rares sont rares ; mais la surveillance du foie doit être régulière, mais sans inquiétude. Des facteurs sont cependant à risque : diabète, obésité, alcool (plus de 2 verres par jour).

 

Bon courage et bon rétablissement avec ce traitement !

 

NB – pour les photos : un grand merci  aux utilisateurs de ce traitement via les réseaux facebook « vivre avec une myosite » et « dermatopolymyosite » pour leur nombreux partage !

 

A voir pour encore plus d’infos : les 4 vidéos sources de ces données, intitulées « Mieux vivre avec son méthotrexate »  par le Pr Lioté pour l’AFP ric (Association Française pour la Polyarthrite – Rhumatismes inflammatoires chroniques) Vidéo n° 1n° 2n° 3n° 4. Des conseils valables également pour les myosites !

 

par Maripaule & Anne

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire à